La tension entre l’Israël et la Palestine rend beaucoup difficile de faire la promotion du patrimoine culture  de la Palestine. Mais malgré cela, une créatrice palestinienne a trouvé l’idée de la faire à travers la création de poupée vêtus de vêtements palestinien et coiffées d’un keffieh.

L’origine du concept

Hilana Abou Charifa est une créatrice palestinienne qui s’est spécialisée dans la confection de poupées et de jouets. Au départ, elle avec l’aide de son mari ont proposé diverses peluches inspirés des dessins animés occidentaux tels les héros du Disney. Commençant à avoir une bonne popularité auprès de la population locale. Ces jouets avaient permis aux enfants de la Palestine d’oublier un peu ce qui ce passe là bas.  Voulant faire exporter ses produits, Hilana Abou Charifa a rencontré de grandes difficultés du fait qu’elle doit être en règle avec les droits d’auteur. L’un des ses soucis également, c’est que même si elle les exporte, ces jouets ne reflètent en rien l’identité de son pays.

Face à ces contraintes elle a donc pensé à crée par elle-même des poupées. Après un temps de réflexion et d’inspiration, elle s’est mise à développé des poupées qui en keffieh. Non seulement, leur conception est originale, mais elles identifient également la Palestine au niveau culturel.

  Yasser et Zaina comme produit phare

Yasser est une poupée qui illustre le légendaire leader de l’autorité palestinienne. Fidèle à l’authenticité de cette personnalité, la poupée est habillée en Kakie et porte sur la tête un keffieh de couleur blanc et noir qui symbolise la lutte de l’indépendance de la Palestine. Pour Zaina, elle porte une robe typique des villageoises palestinienne. Dans d’autres modèles, on peut voir la poupée Yasser et Zaina dans un tout autre accoutrement. Néanmoins pour Yasser, sa créatrice n’a pas oublié de lui faire porter le keffieh mais d’une autre manière. 

L’idée plait bien

Sur les réseaux sociaux, l’appréciation des gens n’ont pas tardé. Depuis, ces poupées ont eu le surnom de barbie et barbie ken palestinienne. A travers ce concept de poupée made in palestinienne, Hilana Abou Charifa est devenue une grande ambassadrice de la culture de son pays. Et pas seulement sur le point culturel, elle reflète également la défense pacifique de la lutte pour l’indépendance de la Palestine. Si tout le monde en faisait autant donc, il y aurait de moins en moins de conflit violent lorsqu’il y a des divergences politiques. Concernant mon avis personnel, je suis très honoré et très fier de Hilana Abou Charifa. Ce qui est seulement dommage, c’est que ses poupées ne sont pas encore disponibles à la vente en occident. Pour la soutenir donc, vous pouvez observer votre compassion en partageant ses œuvres sur les réseaux sociaux.